Compte rendu CAP des attaché.e.s d’administration de l’Etat du 15 décembre 2016

Commission administrative paritaire (CAP)
des attaché.e.s d’administration de l’Etat

Compte rendu de la séance du 15 décembre 2016

La séance est ouverte par le directeur des ressources humaines, président de la CAP des AAE.

 

La CGT fait une déclaration liminaire concernant un attaché HC de la DGCS

le directeur, chers camarades, chers collègues, la CGT souhaite intervenir aujourd’hui en liminaire de cette CAP pour vous alerter sur le cas d’un chef du bureau, attaché HC en poste au SDFE de la DGCS.

Vous le savez, nos organisations – et la médecine du travail – vous alertent depuis longtemps sur la maltraitance au travail dans nos services, et tout particulièrement au SDFE de la DGCS, un phénomène qui touche bien sûr aussi les attachés. Aujourd’hui, la coupe est pleine !

Le 14 octobre, après des mois de pressions, mesures vexatoires, etc. pour l’obliger à se démettre, ce chef de bureau, un cadre extrêmement apprécié par ses agents et dans la direction, qui a fait la preuve de ses compétences professionnelles (la DGCS a soutenu et obtenu son passage à la hors classe du grade d’attaché en 2015), reconnu travailleur handicapé (RQTH), prend connaissance d’un courriel extrêmement violent envoyé par sa cheffe de service la veille (à 23h47) au moment où il doit se rendre dans une importante réunion où il doit notamment intervenir. Suite à une grosse montée de tension et au bord du malaise, sur conseil du BRHAG, il se rend à l’infirmerie. Un rendez-vous est fixé à la médecine du travail.

Lors de ce rendez-vous, le 18 novembre, le chef de bureau relate sa situation, qui aussi est celle d’autres agents de ce service, qui est connue de la DRH et de la DGCS, et que nous dénonçons depuis des années dans différentes instances ! La médecine du travail organise alors une réunion avec la DGCS (cette démarche avait déjà été faite en avril 2015 sans résultat probant). La date est fixée au 6 décembre et inscrite à l’agenda.

Le 29 novembre dans l’après midi, la cheffe du service envoie un SMS au chef du bureau – qui est en formation – pour lui demander de la rappeler « au sujet de sa situation RH ». Le lendemain, elle débarque dans le bureau du chef du bureau pour lui annoncer que le poste de chef de bureau qu’il occupe allait être offert à un lauréat du tour extérieur administrateur civil début septembre 2017. La ci-devante ajoute de manière magnanime que s’il se trouve un poste avant cette date, il serait dispensé de venir et que le bureau s’organiserait en conséquence jusqu’à l’arrivée du nouveau chef de bureau.

De la à voir une relation de cause (un agent dénonce la maltraitance dont il est victime) à effet (on se débarrasse de lui comme d’un vulgaire mouchoir pour le remplacer par un tour ex), il n’y a qu’un pas. Nous pouvons témoigner de la maltraitance qu’a subi cet agent – et certains de ses collègues – depuis des mois, dans un service surchargé sans aucune organisation du travail. De toute évidence on a cherché à se débarrasser de lui ! Et faute de n’avoir pas réussi à le faire démissionner, sa hiérarchie entend le congédier aujourd’hui comme un laquais ! C’est inacceptable.

La CGT demande instamment à la DRH de mettre un terme à cette situation inique et qu’elle maintienne le chef de bureau sur le poste qu’il occupe. A défaut de quoi la CGT saisira la ministre compétente.

 

 

cr-cap-des-aae-du-15-decembre-2016

Les commentaires sont fermés.