Pétition pour la Fonction publique

Pétition pour la Fonction publique

 

 

Anicet Le Pors (qu’on ne présente plus) et Gérard Aschieri (ancien secrétaire général de la FSU) ont lancé une pétition pour l’avenir de la Fonction publique.

Cette initiative importante a d’abord recueilli la signature de personnalités et a été diffusée sous forme de tribune dans Libération.

Aujourd’hui, l’idée est de la diffuser le plus largement pour qu’elle recueille le maximum de signatures.

Vous la trouverez sur le lien suivant :

https://www.change.org/p/eliane-lancette-la-fonction-publique-une-id%C3%A9e-d-avenir

 

Signez-la ! Faites-la signer !

 

14 juin 2018 |

LETTRE PÉTITION

ASSISTANTES SOCIALES DES MINISTÈRES SOCIAUX :

UN SECTEUR MENACÉ DE DISPARITION

LETTRE PÉTITION

Les assistants et assistantes sociales du service social du personnel jouent, au sein de nos ministères, un rôle crucial notamment par des interventions individuelles et collectives, mais aussi et surtout comme acteurs de la prévention dans le domaine des risques individuels et collectifs, en particulier ceux que l’on dénomme « psychosociaux ».

Au sein de l’administration centrale, avant la fusion de la DAGPB et de la DAGEMO, ces assistantes sociales étaient au nombre de 6. Aujourd’hui, elles ne sont plus que 3. Cerise sur la gâteau : l’administration envisage de les faire passer à 2 pour … 4313 agents physiques (effectifs de l’administration centrale et du CNG), soit 1256 agents par assistantes sociales. Donc, mission impossible.

Avec la montée des difficultés au sein des directions et services de l’administration centrale, la multiplication des risques et plus particulièrement des risques psychosociaux, les suppressions de poste envisagées par les décideurs publics, la faible capacité de la DRH à reclasser les agents impactés, le rôle des assistantes sociales va devenir de plus en plus important. Peut-on raisonnablement demander aux 2 assistantes sociales de s’impliquer dans des problèmes de plus en plus nombreux et de plus en plus massifs et compliqués. Nos organisations répondent non et demandent déjà le maintien du nombre d’assistantes sociales à 3 avant d’envisager un accroissement plus substantiel de leur nombre dans le cadre d’une négociation avec l’administration.

Si vous êtes d’accord avec notre revendication de maintien du nombre d’assistantes sociales déjà à 3, venez signez la lettre-pétition ci-jointe et la renvoyez dûment remplie :

Assistantes sociales Tract pétition (7)

  • soit par messagerie à syndicat-CGT-ADM-CENTRALE@sante.gouv.fr ;
  • soit par courrier interne à Robert Gutierrez permanence CGT de Duquesne (pièce 0428) – 14 avenue Duquesne à 75007 Paris
  • ou encore en nous l’apportant à l’adresse susmentionnée.

 

7 juin 2018 |

Compte rendu du CTAC Conjoint affaires sociales jeunesse et sports travail emploi 29/05/18

Compte-rendu du CTAC conjoint affaires sociales jeunesse et sports

travail emploi du 29 mai 2018

 

L’ordre du jour était constitué de 2 points :

 

1- Projet d’arrêté relatif aux modalités d’organisation du vote électronique par Internet pour les prochaines élections professionnelles de décembre 2018 :

 

Ce type de vote ne concerne que le comité technique d’administration centrale (qui à partir de fin 2018 sera unique aux 3 secteurs) ainsi que les CAP des IASS, des médecins inspecteurs de santé publique, des ingénieurs de génie sanitaire, des ingénieurs d’études sanitaires, des pharmaciens inspecteurs de santé publique.

Compte tenu des difficultés rencontrées dans le passé avec ce type de système de vote dans d’autres administrations de l’État, la CGT, La CFTC et l’UNSA ont voté contre, la CFDT s’est abstenue.

 

2- Bilan des entretiens professionnels 2017 :

Un certain nombre d’éléments quantitatifs a été donné. Telle direction d’administration centrale a été plus performante que dans le passé. Telle autre a fait moins bien, etc. Mais l’essentiel n’y était pas. La DRH a par note-circulaire indiqué la date de fin de campagne des entretiens professionnels. C’est en principe le 31 mars de l’année N. Il aurait été intéressant de savoir combien de comptes rendus d’entretien professionnel ont été produits à l’échéance de cette date. Aucune réponse.

 

Pourquoi l’intérêt d’une telle question ?

– Parce que s’ouvre en avril la campagne indemnitaire des CIA/CI qui doit être le reflet du contenu des comptes rendus d’entretien professionnel ;

– Parce que les comptes rendus d’entretien professionnel commandent la campagne des promotions individuelles (tableaux d’avancement) à l’automne ;

– Parce que sans cela la fixation des CIA/CI ainsi que les promotions aux choix se font de manière totalement arbitraire, ce n’est pas acceptable.

Autre question demeurée sans réponse : combien de comptes rendus ont été contestés et déférés à la censure des CAP. Pourtant les réponses à une telle question permettraient de juger de l’importance plus ou moins grande des tensions au sein des services.

 

Questions diverses :

Divers points ont été abordés, telle que la réduction du nombre des assistantes sociales présentes en administration centrale, la fusion des bureaux SD1A et SD1G à la DRH, déjà abordée par la CGT lors de la réunion de la CLC de la DRH qui a eu lieu le 16 mai 2018. La CGT est scandalisée que de telles réorganisations aient lieu sans saisine préalable du CTAC. D’autres réorganisations sont en cours telles que la suppression du Greffe de la commission centrale d’aide sociale (CCAS), du bureau des pensions de Nantes, de la Délégation ministérielle pour les missions locales (DMML) rattachée à la DGEFP, et du transfert des missions de la direction des sports à une agence. Bien entendu des postes sont et seront supprimés !! Les agents concernés attendent de savoir ce qu’ils feront demain. Peut-être iront-ils grossir le nombre des agents sans affectation. Il y a lieu de s’inquiéter de ces décisions qui menacent nos missions, nos emplois et nos carrières. La CGT reste sur la brèche pour défendre nos ministères et les intérêts matériels et moraux des collègues, comme elle l’a toujours fait.

 

 

 

 

 

1 juin 2018 |

Compte-rendu CTAC affaires sociales jeunesse et sports

Compte-rendu CTAC affaires sociales jeunesse et sports

du 29 mai 2018

 

Déclaration de la CGT et de la CFDT :

La CGT a lu une déclaration – émanant conjointement de la CGT et de la CFDT – relative à la double casquette de l’actuel directeur de la DREES qui non seulement occupe cette fonction mais anime par ailleurs une task force à la demande de la Ministre des solidarités et de la santé relative à la réforme du financement du système de santé. La CGT a rappelé que ce directeur à la tête d’un service de statistique ministériel (SSM) est tenu par des règles déontologiques prévues par la charte des services statistiques. Ces règles déontologiques maintiennent une indépendance des responsables de SSM « à l’égard de toutes les parties prenantes : groupes d’intérêt, partis politiques, autorité et administrations nationales et européennes ». Les SSM ne sont pas des services comme les autres. L’exercice de leurs missions est fortement encadré. Or le fait que le DREES exerce parallèlement une autre mission qui le place directement sous l’autorité du pouvoir politique est censé créé une contradiction juridique importante. Cette contradiction est telle que les personnels statisticiens de cette direction s’en sont émus et ont demandé l’intervention des représentants du personnel au sein du CTAC. La CGT et la CFDT ont demandé l’inscription de ce point à l’ordre du jour d’un prochain CTAC pour l’examiner en présence du DREES.

 

 

L’ordre du jour était constitué d’un seul point :

Examen d’un projet d’arrêté modifiant l’organisation de l’inspection générale de la jeunesse et des sports :

Ce texte a pour objet de moderniser l’organisation des procédures internes de ce corps d’inspection en tirant les conséquences des évolutions survenues depuis 10 ans tant dans l’exercice de ses missions que dans ses pratiques et méthodes professionnelles.

L’ensemble des organisations syndicales s’est abstenu sur ce texte.

 

 

 

|

MOBILISONS NOUS ENCORE PLUS FORTEMENT LE 22 MAI PROCHAIN !

 

LA LUTTE ET L’ACTION SYNDICALE PAYENT !

 

Suite aux journées de mobilisation des 22 mars et 19 avril dernier, le gouvernement commence à reculer sur plusieurs fronts :

-  recul sur la suppression de la valeur unique du point d’indice Fonction publique ;

-  l’annonce de mesures catégorielles concernant des secteurs qui se sont mobilisés ;

 – les annonces du rapport du Comité Action Publique 2022 ont été ajournées sans nouvelle date précise ;

 – de nombreuses luttes locales débouchent sur la satisfaction des revendications ;

Si à ce stade le gouvernement affiche sa fermeté sur les aspects fondamentaux de sa politique, il est bien sur la défensive.

MOBILISONS NOUS ENCORE PLUS FORTEMENT LE 22 MAI PROCHAIN !

Déjà dans les secteurs ARS et Cohésion sociale, la mobilisation du 22 mars a été 4 à 5 fois plus forte qu’en octobre 2017, avec des pics à plus de 20% de grévistes dans certaines ARS et DRJSCS. Le SNASS-CGT appelle à faire vivre pleinement l’appel des neuf organisations syndicales de la Fonction publique pour construire une grève massive le 22 mai, encore plus forte que celle du 22 mars !

Pour rappel, la CGT refuse les bases du « nouveau contrat social » du gouvernement qui propose :

– le recours accru aux contrats, c’est-à-dire plus de précarité et moins de titulaires ;

– réduire le rôle des CAP nationales qui ne seront saisies que des recours ;

– la suppression des CHSCT, alors qu’ils traitent de l’amélioration des conditions de travail ;

– une individualisation « au mérite » des rémunérations des agents, signant la fin des collectifs de travail et favorisant la division entre agents;

– favoriser les restructurations alors que certains services sont d’ores et déjà exsangues;

– des incitations à quitter la fonction publique.

Ce n’est pas de moins de services publics dont les citoyen.ne.s ont besoin !

Ce n’est pas d’un plan social dont les agents publics ont besoin, ni de conditions de travail encore plus dégradées!

Mais au contraire de services publics renforcés et modernisés, avec des moyens humains et budgétaires en ARS, DR(D)JSCS, MNC, DDCS et DDCSPP suffisants au plein accomplissement des missions.

Pour faire vivre nos revendications et obtenir des avancées, avec les cheminots et les étudiants en particulier, faisons grandir la mobilisation dans la Fonction publique.

LE 22 MAI 2018, TOUTES ET TOUS EN GRÈVE !

 

 

17 mai 2018 |

CONFERENCE « L’ACTION PUBLIQUE 2022 »

 

CONFÉRENCE « L’ACTION PUBLIQUE 2022 »

Le lundi 4 juin 2018

Site Duquesne – salle Laroque De 12h30 à 14h00

 

Un plan mis en place par le Premier Ministre, « un outil pour l’austérité et contre les services publics »

Le plan est d’ores et déjà mis en place : un plan de départs volontaires, extension de la rémunération au mérite, réduction des dépenses publiques… 2022 c’est demain.

Monsieur Anicet LE PORS, ex-Ministre de la Fonction Publique et jean-Marc CANON, secrétaire général de l’Union Fédéral des Syndicats de l’État (UFSE) animeront cette conférence et répondront à vos questions lors d’un débat.

Savoir pour agir, vous devez tous être informés, venez nombreux à cette conférence.

 

 

 

 

 

|

Neuf organisations syndicales s’unissent pour préparer la journée de grève du 22 mai

Communiqué unitaire des Fédérations de Fonctionnaires

22 mai : les organisations préparent la mobilisation

dans la Fonction publique

Les neuf organisations syndicales représentatives dans la Fonction publique appellent l’ensemble des personnels de la Fonction publique de l’État, de la Fonction publique Hospitalière et de la Fonction publique Territoriale à la grève et aux manifestations le mardi 22 mai 2018.

Elles exigent un dialogue social respectueux des représentants des personnels et appellent les agents à dire leur rejet du projet de suppression de 120 000 emplois et le recours accru au contrat qui dégraderont les conditions de travail des agent-es, considérant que le développement de la contractualisation constitue une attaque contre le statut de même que la possible rémunération «au mérite»assise sur des critères antinomiques de ceux du service public. Elles rappellent leur opposition à la remise en cause des CAP et à la disparition des CHSCT, comme à toutes mobilités forcées vers le secteur privé.

Dans le cadre du rendez-vous salarial du mois de juin, les organisations appellent les agents à exiger que le gouvernement propose des mesures qui permettent une réelle amélioration du pouvoir d’achat pour toutes et tous:fin du gel de la valeur du point d’indice et sa revalorisation, rattrapage des pertes subies, abrogation de la journée de carence, compensation pérenne de la hausse de la CSG, respect des engagements en matière d’évolution de carrière, amélioration des déroulements de carrière.

Les organisations sont attachées à une Fonction publique rendant des services de qualité à toutes et tous les usager-es sur l’ensemble du territoire, aux valeurs et principes d’égalité, de solidarité et de justice sociale, à la nécessité aussi de conforter les agent-es dans leurs rôles et dans leurs missions. Fortesde ces valeurs, elles appellent le Gouvernement à être extrêmement vigilant sur les suites à donner au futur rapport du Comité Action Publique 2022.

D’ores et déjà, elles appellent à un rassemblement devant Bercy le 15 mai à midi à l’occasion de l’ouverture du chantier consacré au recours au contrat. Un point Presse sera organisé sur place à cette occasion. Les agents sont ainsi invités à exprimer leur désaccord avec la volonté du Gouvernement d’élargir le recours au contrat et à dire leurs attentes d’une amélioration des conditions d’emploi des contractuels et la mise en œuvre d’un nouveau plan d’accès à l’emploi titulaire.

Une conférence de presse commune se tiendra le vendredi 18 mai prochain à 10 heures dans l’immeuble des fédérations de la CFDT, 47 avenue Simõn Bolivar à Paris19.

Paris, le 4mai2018

 

|