L’AUSTERITE BUDGETAIRE ENCORE ET TOUJOURS

L’AUSTERITE BUDGETAIRE ENCORE ET TOUJOURS

Ca y est ! L’austérité budgétaire n’aura pas attendu 2018. Le ministère de l’action et des comptes publics s’apprête à publier deux décrets d’annulation de crédits. L’un d’annulation sèche pour 775 M€ d’autorisations d’engagement et de 274 M€ de crédits de paiement. L’autre d’annulation de crédits pour les reporter ailleurs pour 2 809 M€ d’autorisations d’engagement et 3 041 M€ de crédits de paiement.
Nos ministères sont loin d’être épargnés. Un certain nombre de programmes est impacté par cette mise à la diète qui amplifie celle à laquelle nos administrations ont été soumises depuis bientôt 10 ans.

Sont impactés :

Lisez le reste de cet article »

20 juillet 2017 |

Comité technique ministériel du 6 juillet 2017

Compte rendu du Comité technique ministériel

du 6 juillet 2017

 

Ce CTM était présidé en première partie par Madame Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, puis en seconde partie par M. Blondel, directeur des ressources humaines.

L’intervention de la ministre

Madame Buzyn a déclaré qu’elle était heureuse d’être présente. Elle a souligné que les politiques publiques ne pouvaient être menées qu’en s’appuyant sur les personnels. Elle s’est déclarée à l’écoute des représentants du personnel ainsi que son cabinet. Elle est consciente des préoccupations de qualité de vie au travail qui existent en ARS et dans les directions régionales.

La ministre a rappelé que tous les ministères étaient touchés par la réduction des effectifs. Elle souhaite « sortir de la logique du rabot » et qu’une réflexion soit engagée sur les missions en prenant en compte les opportunités du numérique. Elle a fait part de la confiance qu’elle accorde aux équipes dirigeantes du ministère.

En ce qui concerne la Cohésion sociale, les missions sont exercées dans un contexte difficile. Elle a avoué n’avoir « pas tout compris » à l’organisation territoriale DR(D)JSCS / DDCS(PP). Les ARS constituent la « colonne vertébrale » des politiques de santé et médico-sociales. Le secrétariat général assure la direction en fixant des objectifs clairs. Elle souhaite donner plus de marges d’autonomie aux acteurs de terrain que sont les directeurs généraux d’ARS. Le nombre d’instructions qui leur seront adressées sera réduit.

En ce qui concerne les personnels, son action sera axée sur deux thématiques principales : améliorer les relations de travail, lutter contre les discriminations. Le baromètre social constitue un outil pour progresser. Elle se félicite que toutes les ARS soient à présent partie prenante de la démarche. Il convient de développer une culture de santé et de sécurité, de rechercher des formules plus souples en matière d’aménagement du temps de travail afin de mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle. Elle compte mener une politique résolue en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes, contre les discriminations liées au handicap, à l’âge, aux origines, à la santé. Au-delà du label Diversité, le label Egalité est à rechercher. Ce n’est pas une fin mais un moyen.

La ministre a conclu en rappelant qu’elle était à l’écoute et disponible. Elle se propose de revenir au CTM en cas de besoin.

Lisez le reste de cet article »

|

Déclaration CGT au CTM du 6 juillet 2017

Déclaration CGT au CTM du 6 juillet 2017

Effectifs

 

La situation des effectifs du ministère est catastrophique. Entre 2011 – date de la première année qui suit les réformes RGPP/REATE/ARS- et 2015 – date du dernier bilan social disponible – la baisse des effectifs en fonction est de plus de 1500 agents, soit 8 % environ. Au vu de l’évolution des effectifs depuis 2015, avec une baisse de 2 % par an en moyenne, tout laisse penser qu’en 2018 le constat sera identique, soit de nouveau – 8%.

Dans le même temps, la charge de travail ne cesse de s’alourdir. La période qui vient de s’écouler est particulièrement significative avec une réforme des régions qui a entraîné bien des bouleversements et plusieurs lois importantes, sur le vieillissement, la modernisation du système de santé… A l’opposé d’une simplification administrative, c’est bien à une complexification croissante de nos tâches que nous sommes confrontés.

Un rapport d’inspection générale a pu relever que les services départementaux étaient souvent « en-dessous du seuil de flottabilité », c’est-à-dire en dessous du socle nécessaire pour faire face aux missions. Depuis plus de dix ans, nous posons inlassablement dans les instances la question : comment faire plus avec moins ?

Nous n’obtenons jamais de réponse. La politique austéritaire qu’on nous impose depuis des années ne donne aucune recette pour effectuer ce tour de magie qu’on nous demande.  Sachez, Madame la Ministre, que désormais chaque poste qui n’est pas reconduit crée de la rupture dans la continuité du service public, des défaillances, des dysfonctionnements et de la souffrance parmi les agents. Le grand malaise qui règne dans nos services est attesté par toutes les études sur le sujet.

Alors, nous reposons la question. Comment faire face aux missions aujourd’hui et demain ?

Lisez le reste de cet article »

|

APPEL INTER-OS 20/06/2017

 

Le 20 juin 2017 : toutes et tous en grève dans les services
Poursuivons la mobilisation pour les effectifs et la défense des missions de service public !
Manifestation nationale et assemblée générale à Paris

Appel-interOS-20-juin-2017

30 juin 2017 |

ASSEMBLEE GENERALE DGT 16/06/2017

 

ASSEMBLEE GENERALE DGT 16/06/2017

 

Présent.e.s : 17 agent.e.s, dont des représentant.e.s du SNU-TEFE FSU, de l’UNSA
ITEFA, du SNTEFP CGT et du SMAST CGT.

 

Introduction du SMAST CGT :
Cette assemblée générale a été organisée à l’appel de l’UNSA, de la FSU et de la CGT.
L’objectif de cette assemblée générale est de discuter de la dégradation de nos conditions
de travail dans un contexte de sous-effectif et de tension permanente.
La CGT fait le constat que l’action syndicale menée au sein de la CLC (commission locale
de concertation) ne suffit plus. Hier encore se tenait une CLC dans le cadre de laquelle les
organisations syndicales ont porté des revendications qu’elles portent depuis plus d’un an
(les agent.e.s travaillent trop, la pression au travail est trop forte, nos conditions de travail se
dégradent, les plans d’action mis en oeuvre par la direction ne sont pas suffisants, etc.). La
direction a répondu à ces revendications de la même manière qu’elle y répond toujours (les
plafonds d’emploi ne sont pas du ressort de la DGT, la direction doit s’adapter aux
commandes qu’on lui passe, “choisir c’est renoncer”, etc.).

Lisez le reste de cet article »

|